Fantasmes autour de la fessée

Le blog d'isabelle183

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2017

Fantasme de gouvernante

Fessée entre copines

Je crois que discipline stricte et moqueries forment un joli couple. Par le rire se crée un instant déstressant, juste avant la tempête. Je sais de quoi je parle. Combien de fois j’ai choppé un fou-rire nerveux devant mon chéri avec déjà le martinet en main. Lui il reste calme pour me sortir un :

Rira bien qui rira le dernier !

Argument qui ne manque pas de véracité. Je me rappelle d’un texte sur un forum allemand qui parlait d’une cohabitation entre 4 dames. Faisant partie d’une génération ayant connus les châtiments corporels, leur vécu avait visiblement laissé des traces. Par ce fait elles reproduisaient une structure de discipline domestique dans leur cohabitation et une entre elles se chargeait de manier le Rohrstock (la canne) quand besoin y était. Je me suis sentie fortement inspirée par ma lecture au point d’en parler à mon chéri. Me connaissant, il ne montra aucun mal pour deviner quel rôle je m’étais réservée.

Tu seras sévère, mais juste isabelle…

Effectivement, dans mes fantasmes, je me vois comme celle qui tient la canne. C’est un instrument qui me fascine et qui m’impressionne par son sifflement. Un emploi très modéré laisse néanmoins une sacrée brûlure et de caractéristiques marques sous forme de doubles stries qui disparaissent en quelques heures. Voila ma philosophie punitive :

Je resterai dans un registre plutôt psychologique, en utilisant le coté « sensationnel » à petite dose.

Ni de fessée qui s’éternise avec moi, ni des popotins qui ont besoin des jours pour se remettre de leurs émotions. Par contre je ferai fréquemment appel au coin, au ménage punitif, à la tenue imposée, aux punitions devant témoin. Il me manquerait l’ambition de m’imposer par un régime de la terreur et je me verrais surtout dans un registre de bonne humeur. Bonne humeur pour qui, ce qui reste à déterminer, mais je retrouverais le plus dans une ambiance comme sur la photo du départ.

Tu devrais en parler à tes copines, isabelle !

Celui, là alors, il n’en loupe jamais une.

Dans : Fantasmes
Par isabelle183
Le 19 novembre 2017
A 8 h 52 min
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2017

La poésie de la vraie fessée

Selon ses dires de mon homme ce n’est pas l’intensité qui généré le bon comportement, mais la régularité de la punition. Le fait de lier une action interdite à un châtiment qui arrive infailliblement. Je sais par exemple que le moindre gros mot prononcé en présence de notre petite, s’avère néfaste pour mon fessier. Et hautement bénéfique pour notre fille qui comme son père n’est pas du tout adepte de gros mots. Au contraire elle nous rapporte soigneusement le moindre écart du langage de notre entourage. Il en va de soi qu’en cas de faux pas de ma part, elle rapportera le comportement de sa maman fidèlement à son papa. Ce dernier ne manquera pas plus tard dans notre intimité de me sermonner.

Que dois-je apprendre, isabelle ?

Moi dans cette situation j’ai vraiment honte de moi et la punition qui me pend au nez me semble pour le moins que l’on puisse dire justifiée. Ceci dit, mon éducation montre un réel progrès. Car même quand une éventuelle colère me saisit subitement, à cause d’une de mes innombrables maladresses, je peux compter sur la mémoire de mon fessier qui n’est pas en « mode plaisir ». Alors il se méfie tout bêtement d’une brûlure bien connue et désagréable jusqu’au moment que l’alchimie de mon corps la transforme en plaisante sensation. Au pire je m’arrête donc à la première syllabe pas peu fière de mes progrès sur la voie de la fille modèle. Enfin, je ne suis pas et je ne serai jamais parfaite. Bref un écart de langage me vaut un :

 Dois-je passer sur ce comportement inadmissible, isabelle ?

Surtout pas, mon chéri !

Une fois installée sur le genoux de monsieur m’envahit la poésie de la vilaine fille qui tend effrontément et en y éprouvant un sacré émoustillement son fessier tout nu aux yeux et surtout aux mains de son homme. Situation certainement datant de ma tendre enfance à un moment où les affaires des grands m’étaient encore entourées par un voile obscure.

Elle m’évoque une sorte de doigt d’honneur… envers les adultes !

Suivie d’une grande satisfaction. Petit jeu, nullement innocent que je paye sur le coup bien chèrement… …comme il se doit, isabelle !

Je pédale avec mes jambes de toutes mes forces, car ce geste permet de gérer au mieux la brûlure vu la situation.

J’éprouve un grand regret envers notre martinet dans le tiroir du bureau de mon homme.

Ce dernier, passionnément manuel dans ses heures perdues, se réjouit de trouver toujours la force, malgré ses presque 60 ans, de me ramener dans le bon chemin. Notons que Monsieur recourt parfois (un de ses nombreux vices) à une punition supplémentaire, de nature plutôt symbolique en m’interdisant mes strings bien-aimés pour une journée, voire une semaine pour les remplacer par des culottes blanches qui expriment selon lui…

…la bonne volonté et la rigueur.

Dans : Non classé
Par isabelle183
Le 14 novembre 2017
A 6 h 22 min
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2017

Naïveté masculine

« Au fond de chaque femme se trouve une petite fille. Certaines de ces petites filles sont vilaines et aiment recevoir la fessée. »

Voila qui me rappelle un courrier de lecteur d’un homme qui découvre quelque temps après le début de la relation avec sa dame cette dernière sous un tout autre jour. Cumulant des petites maladresses et comportements agaçants, Monsieur, un peu étonné, relâche sa incompréhension par un cri de cœur :

Tu te comportes comme une gamine !

Sur ce la dame lui avoue en rougissant qu’elle souhaiterait sentir de temps en temps une main ferme sur son popotin tout nu.

Une fois la surprise surmontée, notre homme passe hardiment à l’acte au grand plaisir de sa dame qui par la suite se révèle fort chevronnée dans l’art de procurer du plaisir à un monsieur. Depuis tout va au mieux dans le meilleurs de mondes. Madame provoque régulièrement son compagnon en modifiant astucieusement ses vêtements, coiffures et maquillages ou en excellant dans dans la science de l’agacement par comportement capricieux. Seulement et cela inquiète fortement le monsieur, il commence à prendre plaisir… charnel à l’idée de corriger sa grande fille, ne pouvant cacher l’émotion qui l’envahit en la déculottant. Il pousse loin dans la métaphysique en se posant des questions sur ses tendances sadiques.

Le psychologue spécialisé dans la sexualité humaine ne voit à priori pas d’inconvénient concernant l’emploi de la « fessée conjugale » instaurée dans ce couple. Il rassure le monsieur sur ses tendances sadiques, car visiblement son élan de fesseur ne se montre pas nocif à la santé de madame. Par contre il pointe sur le fait que notre brave homme considère visiblement sa dame comme une gamine au lieu de se réjouir de ses manœuvres de séduction qui indiquent…

…un comportement construit, de plus adulte en vue d’un épanouissement sexuel pour les deux partenaires.

Ce courrier date des années… 70. Quarante années ont passées. Visiblement la poésie fantasmatique attribue toujours un rôle à la dame qui ne coïncide pas avec la réalité féminine quotidienne. Je n’y vois aucun inconvénient. Je trouve très amusant de voir un homme dans un contexte intime se perdre sur des fausses pistes comme dans les fils d’Ariane. Seulement j’aime aussi que le monsieur une fois ses pulsions apaisées soit conscient de la supercherie…

Dans : Discipline domestique
Par isabelle183
Le 10 novembre 2017
A 10 h 03 min
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2017

Punissez moi….j’ai péché

Mon petit doigt me dit qu’il s’agit du péché de la chair.

N’ayant pas un sentiment du divin, j’admets que dans mon imaginaire ce que j’appelle « la faute » est mon équivalent non religieux du péché. Je précise que la faute qui déclenche mon besoin de punition autant que le péché sont pour moi des phénomènes de nature irrationnelle et par ce fait soustraits à ma rationalité. Voilà qui veut dire, rien que les entendre, ces petits mots génèrent en moi de puissants émotions qui me miroitent monts et merveilles (le paradis quoi!) au niveau des sensations en cas que l’on me corrige littéralement mon comportement. La logique inhérente au péché est plus simple à comprendre que celle de la faute. Pécher c’est s’opposer à la volonté du divin et par extension à la volonté d’un tiers. Comportement qui entraîne une punition. La faute par contre relève d’une instance intérieure, propre à chacun de nous, mais indépendant de notre volonté qui décide ce qui est faute ou pas. Elle se manifeste devant certains stimuli et sans que l’on comprenne vraiment pourquoi apparaît subitement un désir en nous :

J’aurais besoin d’une bonne fessée !

Difficile de cerner ce processus et encore plus difficile d’en parler à autrui pour lui donner un mode d’emploi de notre besoin de punition pour mériter le paradis. A moins de tomber sur une personne avec les mêmes prédispositions.

Mon homme semble infailliblement sentir quand mon besoin de punition me travaille.

Par ce fait il ne passe pas sur le rôti brûle, ni sur mes (très rares ) gros mots, ni sur mes également très rares incivilités, ni sur mes insolence devant nos intimes. Il a su traiter avec intransigeance mes mauvaises humeurs quand je revenais de mon travail en m’apprenant ainsi de relativiser. S’ajoutaient mes excès de table, mes séances « chômées » dans mon club de gym et…

…tout genre de fardeau que je m’impose malgré moi.

Et même maintenant après plus de 19ans de couple, je n’ai pas à m’inquiéter. A chaque fois que je commets un acte qui réveille la petite voix en moi qui réclame la rougeur de mon fessier, Monsieur est là pour s’occuper de moi. Mécanisme certes complexe, mais une fois passée sur les genoux de mon homme, je me sens parfaitement détendue et surtout décomplexée devant mon étrange fantasme…

Dans : Besoin de punition,Discipline domestique
Par isabelle183
Le 8 novembre 2017
A 6 h 31 min
Commentaires : 0
 
 
 

Eurolive gratuit |
Stephanielaplusblonde |
Michelwebred |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Resilles et talons
| SOFEETISH
| Douces Rondeurs