Fantasmes autour de la fessée

Le blog d'isabelle183

 

Punissez moi….j’ai péché

Mon petit doigt me dit qu’il s’agit du péché de la chair.

N’ayant pas un sentiment du divin, j’admets que dans mon imaginaire ce que j’appelle « la faute » est mon équivalent non religieux du péché. Je précise que la faute qui déclenche mon besoin de punition autant que le péché sont pour moi des phénomènes de nature irrationnelle et par ce fait soustraits à ma rationalité. Voilà qui veut dire, rien que les entendre, ces petits mots génèrent en moi de puissants émotions qui me miroitent monts et merveilles (le paradis quoi!) au niveau des sensations en cas que l’on me corrige littéralement mon comportement. La logique inhérente au péché est plus simple à comprendre que celle de la faute. Pécher c’est s’opposer à la volonté du divin et par extension à la volonté d’un tiers. Comportement qui entraîne une punition. La faute par contre relève d’une instance intérieure, propre à chacun de nous, mais indépendant de notre volonté qui décide ce qui est faute ou pas. Elle se manifeste devant certains stimuli et sans que l’on comprenne vraiment pourquoi apparaît subitement un désir en nous :

J’aurais besoin d’une bonne fessée !

Difficile de cerner ce processus et encore plus difficile d’en parler à autrui pour lui donner un mode d’emploi de notre besoin de punition pour mériter le paradis. A moins de tomber sur une personne avec les mêmes prédispositions.

Mon homme semble infailliblement sentir quand mon besoin de punition me travaille.

Par ce fait il ne passe pas sur le rôti brûle, ni sur mes (très rares ) gros mots, ni sur mes également très rares incivilités, ni sur mes insolence devant nos intimes. Il a su traiter avec intransigeance mes mauvaises humeurs quand je revenais de mon travail en m’apprenant ainsi de relativiser. S’ajoutaient mes excès de table, mes séances « chômées » dans mon club de gym et…

…tout genre de fardeau que je m’impose malgré moi.

Et même maintenant après plus de 19ans de couple, je n’ai pas à m’inquiéter. A chaque fois que je commets un acte qui réveille la petite voix en moi qui réclame la rougeur de mon fessier, Monsieur est là pour s’occuper de moi. Mécanisme certes complexe, mais une fois passée sur les genoux de mon homme, je me sens parfaitement détendue et surtout décomplexée devant mon étrange fantasme…

Dans : Besoin de punition,Discipline domestique
Par isabelle183
Le 8 novembre 2017
A 6 h 31 min
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

Eurolive gratuit |
Stephanielaplusblonde |
Michelwebred |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Resilles et talons
| SOFEETISH
| Douces Rondeurs